Table ronde “Reconfigurer le vivant. Des organismes aux artefacts”

Mardi 12 octobre 2021

15h – 17h

Présentation et discussion autour du volume dirigé par Marie Mauzé et Perig Pitrou, Cahiers d’anthropologie sociale N° 19 L’Herne. 2021

En présence de : Marie Mauzé CNRS LAS, Perig Pitrou CNRS LAS, Agnès Kedzierska-Manzon EPHE IMAF.

Discussion : Grégory Delaplace EPHE GSRL, Cécile Guillaume-Pey CNRS CEIAS

 

Des poteaux de maison où s’incarne la présence des ancêtres, des tambours animés par un souffle, des pirogues qui ont faim, des figurines en bois d’inégales longévités, des fétiches engagés dans des processus de croissance, des colliers doués de parole, des crânes de défunts ornés et animés, des animaux naturalisés à l’œil vif qui bondissent dans des musées : voici les intrigantes rencontres auxquelles ces Cahiers invitent pour mieux comprendre pourquoi des sociétés humaines considèrent des objets comme vivants. Plusieurs dynamiques sont à l’œuvre. Tout d’abord, la vitalité provient d’éléments matériels d’organismes, végétaux et animaux, que des processus techniques conservent en produisant des artefacts. À un autre niveau, cette vitalité concerne les interactions de ces artefacts avec leur environnement naturel et social. À travers un éventail d’exemples ethnographiques se rapportant à la culture matérielle de plusieurs parties du monde – les Amériques, l’Afrique, l’Océanie et l’Europe –, les auteurs explorent comment les humains reconfigurent le vivant, en prenant en compte les multiples modalités de la figuration autant que les pouvoirs de l’invisible.

“Dans le regard de l’autre”: Table ronde du 15 juin 2021, 14h-17h

Table ronde

 Ces dernières années ont vu ressurgir d’anciens débats mettant en cause le regard qui prend l’Autre pour objet. Ces débats alimentent une réflexion critique sur le  concept d’universalité et d’altérité, soulevant un paradoxe : peut-on définir la place de l’Autre sans avoir préalablement adopté son regard sur le monde ? Quelle est la juste distance qui permet à la connaissance de se construire dans le même temps qu’une prise de conscience de la relativité des catégories par lesquelles elle s’énonce ? Le multiculturalisme affiche la conviction d’être parvenu à résoudre cette question. En atteste l’omniprésence du mot diversité, déclamé et glorifié tous azimuts dans la littérature scientifique comme dans la presse. Bien que l’usage de ce concept implique une reconnaissance de la part de l’Autre dans la diversité des regards portés sur le monde, il effectue aussi la synthèse d’une différence maîtrisable, distinguant une forme acceptable de l’altérité en marge de laquelle s’érige une forme irréductible et intolérable de l’Autre : celui que l’on ne peut ni ne souhaite intégrer. Comment peut-on aborder le seuil de cette altérité irréductible ? Les études menées sur les religions et systèmes de pensée offrent un terrain d’enquête fécond sur les enjeux historiques et anthropologiques de ces débats. Les contributeurs de cette table ronde s’attacheront à dévoiler les conditions historiques d’élaboration du savoir de l’Autre ainsi que ses présupposés philosophiques et sociologiques, révélant le décentrement situé à l’origine et à l’horizon de la connaissance humaine.

 

 

PROGRAMME

Renée Koch-Piettre (EPHE, ANHIMA)  « Le persistant malentendu sur les dieux de la Grèce : de la familiarité — ‘nos’ Grecs – aux formes de l’altérité ». 

 Oscar Calavia (EPHE, GSRL) « La fable de l’altérité constituante » 

Hocine Benkheira (EPHE, GSRL)  « La querelle de l’islamologie en France (1968-2020) ». 

Benjamin Soares (University of Florida) : « Ogotomelli s’en va en France, en Grande-Bretagne et en Amérique : l’ethnologie coloniale française et l’anthropologie anglo-américaine » 

 Roberto Beneduce (Université de Turin) : « Pourquoi se métamorphoser ? Les raisons d’une expérience, face à un Autre toujours historique »

 

Discussion

 

Francesca Prescendi (EPHE, ANHIMA), Christophe Grellard (EPHE, LEM), Vincent Goossaert (EPHE, GSRL), Agnes Kedzierska-Manzon (EPHE, IMAF), Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca (EPHE, LAS).

Assemblée générale du 15 juin 2021 à 13h

S A

S R

Société des Amis des Sciences Religieuses

 

Paris, le 26 mai 2021

Objet : Convocation à l’Assemblée Générale et à la table ronde de la SASR (EPHE, Ve) « Dans le Regard de l’autre » en visioconférence.

 

Chères et chers amis et adhérents de la SASR,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la prochaine Assemblée générale de la Société des Amis des sciences religieuses se tiendra le mardi 15 juin 2021 à 13h. Voici le lien de connexion pour nous retrouver :

https://global.gotomeeting.com/join/530444797

Par téléphone.

France: +33 187 210 241

Code d’accès: 530-444-797

À l’ordre du jour :

– Rapport moral et financier de l’Association

                       – Projets d’organisation des réunions de la SASR

– Projets de publications de la SASR

 

Vous êtes conviés à la table ronde qui suivra à 14h. Vous trouverez ci-dessus le programme ainsi qu’un Bulletin qui permettra à ceux qui le souhaitent de renouveler leur adhésion par courrier ou par voie électronique. Nous comptons sur votre présence,

 

Avec nos amicales salutations,

 

Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca

Présidente de la Société des amis des Sciences Religieuses

 

Les membres du Bureau : Jean-Pierre Brach, Jean-Daniel Dubois, Renée Koch-Piettre, Maria Grazia Masetti-Rouault, Ioanna Rapti.

 

 

 

Des petits dieux sans culte

Journée d’études

jeudi 18 février 2021 – 09:15

Des petits dieux sans culte

Cette Journée d’étude, organisée dans le cadre des activités de la Société des Amis des Sciences Religieuses, apportera une meilleure compréhension des rapports entre les humains et ces « petits dieux », et des modes de fabrique de ces derniers au sein de divers registres de visibilité et de légitimité.

 

Jeudi 18 février 2021, 9h15-18h

« Des petits dieux sans culte : retour sur la notion de religion »

Programme

9h : Accueil des participants
9h15 : Ouverture de la Journée : Agnieszka Kedzierska Manzon (EPHE IMAf)
10h : Christophe Grellard (EPHE LEM) « Des petits dieux sont-ils pensables en régime chrétien ? Considérations à partir du christianisme médiéval ».

Pause-café

10h30 : Jean-Pierre Albert (EHESS LISST-CAS) « Des dieux dans la cuisine. Surnaturel diffus du quotidien et superstition ».
11h00 : Perig Pitrou (CNRS LAS) « Chiasme et co-activité en Mésoamérique : la construction d’un espace de collaboration avec les entités de la nature ».

Pause-café

11h45 : Francesca Prescendi Morresi (EPHE ANHIMA) « La religio des Romains : une lecture anthropologique du dossier ».
12h15 : Grégoire Schlemmer (IRD URMIS) « Religieux rime-t-il avec dieu(x) ? A propos des notions de religion, de tradition et d’entités spirituelles à partir de l’exemple Kulung (Népal) ».

Pause déjeuner

14h30-17h : Table ronde avec Jean-Pierre Albert (EHESS LISST-CAS, Hocine Benkheira (EPHE GSRL), Florence Bernault (Sciences Po, CERI), Andrea Ceriana Mayneri (CNRS IMAf), Oscar Calavia Saez (EPHE GSRL), Christophe Grellard (EPHE LEM), Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca (EPHE LAS), Robert Hawlay (EPHE Orient et Méditerranée), Pierre Lory (EPHE LEM), Agnieszka Kedzierska-Manzon (EPHE IMAF), Perig Pitrou (CNRS LAS), Francesca Morresi (EPHE ANHIMA), Grégoire Schlemmer (IRD UMRIS), Charles Stépanoff (EPHE LAS).

Voyager dans l’invisible. Techniques chamaniques de l’imagination

Stepanoff

Présentation et discussion autour de l’ouvrage de Charles Stépanoff (Éd. La Découverte, 2019)

Le 29 novembre 2019, à 10h

EPHE, 17 rue de la Sorbonne, 75005, Escalier E, salle D052

En présence de l’auteur Charles Stépanoff (EPHE, LAS) et de Christophe Grellard (EPHE, LEM)

Le chamane est un individu capable, d’une façon mystérieuse pour nous, de voyager en esprit, de se percevoir simultanément dans deux espaces, l’un visible, l’autre virtuel, et de les mettre en connexion. Ce type de voyage mental joue un rôle clé pour établir des liens avec les êtres non humains qui peuplent l’environnement. Les chamanes ne gardent pas pour eux seuls l’expérience du voyage en esprit : ils la partagent avec un malade, une famille, parfois une vaste communauté de parents et de voisins. Les participants au rituel vivent tous ensemble cette odyssée à travers un espace virtuel. De génération en génération, les sociétés à chamanes se sont transmis comme un précieux patrimoine des trésors d’images hautes en couleur, mais en grande partie invisibles.

Ce livre est le fruit d’enquêtes de terrain et reprend l’ample littérature ethnographique décrivant les traditions autochtones du nord de l’Eurasie et de l’Amérique. Au travers de récits pleins de vie, il rend compte de l’immense contribution à l’imaginaire humain des différentes technologies cognitives des chamanes. Les civilisations de l’invisible bâties par les peuples du Nord, encore puissantes à l’aube du XXe siècle, n’ont pas résisté longtemps à l’entreprise d’éradication méthodique menée par le pouvoir colonial des États modernes, qu’il s’agisse de l’URSS, des États-Unis ou du Canada. Ce livre nous permet enfin de les appréhender dans toute leur richesse.

Entre images et graphies. Les représentations amérindiennes de l’écriture.

Table ronde, 17 novembre 2018 à 14 h

EPHE, Sorbonne, Esc. E, 1er étage, salle D 054

Autour de l’ouvrage de Pierre Deléage, Lettres mortes. Essai d’anthropologie inversée, Paris, Fayard, 2018

Avec la participation de Pierre Deléage, Chargé de recherches au CNRS; Charles Stépanoff, Maître de Conférences à l’EPHE; Maurizio Gnerre, Professeur à l’Université L’Orientale, Naples.

Enquête à la fois historique et ethnographique, Lettres mortes prend pour point de départ les malentendus parfois violents autour de l’écriture dont l’Amazonie a été le lieu depuis la conquête jusqu’à aujourd’hui. Comment les Amérindiens ont-ils perçu l’alphabet occidental ? Que sait-on de leurs propres écritures ? Quels rôles leur ont-ils fait jouer au sein de leurs dispositifs politiques ou religieux ?

Les colonisateurs, et les anthropologues après eux, ont longtemps considéré les sociétés amérindiennes comme dépourvues d’écriture, alors qu’elles employaient des techniques subtiles d’inscription graphique, le plus souvent dérobées aux yeux des observateurs extérieurs. La fameuse « Leçon d’écriture » de Claude Lévi-Strauss dans Tristes tropiques est le témoin magistral de ces malentendus. Cette scène mythique, discutée en son temps par Jacques Derrida, est ici disséquée et repensée.

En étudiant les conceptions amérindiennes de l’écriture, fragmentées et disséminées dans les arts graphiques, les mythes, les discours des chefs et les rituels des chamanes et des messies, il s’agit d’établir les coordonnées d’une anthropologie inversée, par laquelle ce sont cette fois les colons et leur culture qui sont pris comme objets de pensée. Ce faisant, Pierre Déléage met au jour les conditions épistémologiques et politiques de toute enquête anthropologique, tout en laissant sourdre dans la composition même du livre la violence, symbolique et réelle, qui a donné dans les sociétés amérindiennes forme et valeur à la notion d’écriture.

Pierre Déléage est anthropologue, chercheur au Laboratoire d’anthropologie sociale. Il est notamment l’auteur d’Inventer l’écriture (Les Belles Lettres, 2013), de Repartir de zéro (Éditions Mix, 2016) et de La folie arctique, paru en 2017  aux éditions Zones sensibles. Il a  successivement étudié la transmission des savoirs oraux, l’invention de l’écriture et les processus d’objectivation scientifique. 

AG et table ronde du 3 février 2018, en Sorbonne

La prochaine Assemblée Générale de la Société des Amis des sciences religieuses se tiendra le samedi 3 février 2018 à 13h, dans les locaux de l’EPHE en Sorbonne (17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris), escalier E, 1er étage, salle Gaston Paris.

Après l’Assemblée générale, une table-ronde est organisée par la SASR sur La philosophie néoplatonicienne et ses réécritures en christianisme et en islam à 14h, avec la participation de Philippe Hoffman (EPHE), Anca Vasiliu (CNRS) et Daniel de Smet (CNRS, EPHE).
.

Programme de la Table ronde, 3 février 2018 à 14h

Société des Amis des Sciences Religieuses
EPHE, Sorbonne, esc. E, 1er étage, salle Gaston Paris

La philosophie néoplatonicienne et ses réécritures en christianisme et en islam

avec la participation de:

Philippe HOFFMANN (Directeur d’études EPHE – PSL – Laboratoire d’études sur les monothéismes)
« L’architecture des principes dans le néoplatonisme grec (Plotin, Proclus, Damascius) »

Anca VASILIU (Directeur de recherches CNRS, Centre Léon Robin, Paris-Sorbonne)
« Néoplatonisme et christianisme : le cas de hupostasis (Porphyre, Marius Victorinus, Basile de Césarée, Boèce) »

Daniel DE SMET (Directeur de recherches CNRS, Laboratoire d’études sur les monothéismes, EPHE – PSL)
« Les Neoplatonica arabica: une réécriture de Plotin et Proclus ».

Cette table-ronde sera suivie d’un verre de l’amitié,

Table ronde du 25 novembre 2017, en Sorbonne

Image

Samedi 25 novembre 2017

Christianismes autochtones. Rituel, conversion, subversion

Organisation : Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca

École Pratique des Hautes Études

17, rue de la Sorbonne, Escalier E, 1er étage, salle D059

École Pratique des Hautes Etudes – Sorbonne

Section des Sciences Religieuses

Cette table ronde vise à ouvrir une réflexion comparatiste sur le renouveau du christianisme, les pratiques d’évangélisation et la conversion des peuples autochtones en Polynésie (Maohi), en Amérique indienne (Amazonie, Andes) et en Asie du sud-est (Viet Nam). Si l’activité missionnaire (protestante ou catholique) s’est initiée par la traduction et l’interprétation des concepts chrétiens dans les langues autochtones, elle a aussi engendré, avec l’essor des églises chrétiennes, des formes rituelles inédites et de nouveaux dispositifs de croyances, transformant en profondeur l’organisation sociale et politique des peuples évangélisés. Les études classiques consacrées à ces questions mettent l’accent sur les conflits possibles entre cosmologies chrétiennes et indigènes, comme le rappellent les célèbres procès d’extirpation d’idolâtrie en Amérique, ou au contraire sur la continuité des formes de réappropriations indigènes du christianisme.

On s’interrogera aujourd’hui sur les moyens concrets – performances rituelles, innovations linguistiques, pouvoir de subversion des images ou des gestes- ayant permis aux christianismes autochtones de se stabiliser dans le temps et de se propager dans l’espace.

Qui sont au juste ces prédicateurs et traducteurs indigènes? Quelles logiques historiques président à la diffusion de ces nouveaux mouvements religieux et comment coexistent-ils avec des systèmes plus anciens? À quelles stratégies de traduction et à quelles performances rituelles les cultes chrétiens ont-ils donné naissance ? Dans quelle mesure l’exercice d’un pouvoir de subversion dans les traditions autochtones  n’est-il pas coextensif à l’entreprise d’évangélisation ? Historiens des religions et anthropologues explorent les transformations du christianisme, sa diffusion, et les pratiques subversives ou innovantes accompagnant la conquête des âmes en Polynésie, en Amérique indienne et en Asie du sud-est.

 

Programme

14h00           Un aperçu du protestantisme évangélique vietnamien par l’histoire connectée, Pascal Bourdeaux (EPHE, GSRL). Chrétiens évangéliques d’Asie du Sud-Est. Expériences locales d’une ferveur conquérante, PUF Rennes, P. Bourdeaux et J. Jammes dir. 2016).

14h30           Considérations sur les mouvements évangéliques amérindiens au Brésil (Baniwa) et au Pérou (Shipibo). Elise Capredon (Mondes Américains, CRBC)

15h00           Christianisme et culture en Polynésie française : l’église
protestante Mā’ohi. Gwendoline Malogne-Fer (GSRL, CNRS) 

15h30           Paroles divines, voix des esprits : subversions des formes rituelles du christianisme amérindien et enjeux de la traduction (Quechua). Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca (EPHE, LAS)

16h              Discussion Yannick Fer (CNRS, GSRL), Vincent Hirtzel (CNRS,

LESC-EREA), Sylvie Pedron Colombani (Université Paris Ouest Nanterre, EREA),

 

Avec la participation de : Thomas Brignon (ENS, Lyon 2), Mickael Brohan (EREA), Esteban Arias (EHESS, LAS), Renée Koch-Piettre (EPHE), Jean-Daniel Dubois (EPHE), Ioanna Rapti (EPHE), Maria Grazia Masetti-Rouault (EPHE), Suzana Andrade (Pontificia Universidad Católica del Ecuador), André Iteanu (EPHE),.

 

La table ronde sera suivie d’un verre de l’amitié !

 

 

Table ronde: L’animisme en tête. “Trophées” en hommage à Patrick Menget

Samedi 10 juin 2017, 14h, Salle Delamarre (Sorbonne, sec.E)

Avec les participations d’Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca, Philippe Erikson, David Jabin, Anne-Christine Taylor, Vincent Hirtzel, Anne-Marie Losonczy, Jean-Pierre Goulard

Programme de la table ronde

14h00-14h15 Introduction. De la théorie des substances en Amérique: naître « autre » que soi – Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca (EPHE, LAS)

14h15-14h30 Présentation des « Trophées » – Philippe Erikson (LESC, Université Paris Ouest Nanterre)

14h30-15h Variations sur le thème de la guerre. Captivité, adoption et esclavage en Amazonie bolivienne – David Jabin (EREA)

15h-15h15 Statut de la jouissance en Amérique indigène : quelques pistes comparatives – Anne-Christine Taylor-Descola (CNRS, LESC)

15h15-15h45 L’ennemi idéal : guerre, alliance et hiérarchie en Amazonie – Vincent Hirtzel (CNRS, UMR 7186)

15h 45-16h 00 Retours assassins . Violence arm ée, suicide et exhumation dans l’économie de la mort emberà (Colombie)- Anne-Marie Losonczy (EPHE, CERMA)

16h00-16h15 Les deux corps de l’autochtone: prédation des âmes, prédation des corps – Jean-Pierre Goulard (CERMA, EHESS)

Parutions

POUR COMMANDER:

Ecrire à: tableronde2@yahoo.fr

ou adresser votre message à l’adresse “contact”

Paru en septembre 2016:

sesse
Hors série n° 2, 2016, Les sciences des religions en Europe
État des lieux, 2003 – 2016

Jean-Daniel Dubois, Lucie Kaennel, Renée Koch Piettre, Valentine Zuber éds.
358 pp., prix public (non adhérents) 25 €

ISSN : 2 4 2 6 – – 1 9 3 9
ISBN: 978-2-9555198-1-3

Liminaire et table des matières: SESSE_Dossier_de_presse

_________________________________________________________________

Paru en décembre 2015

Bulletin de la Société des Amis des Sciences Religieuses, n° 11, 2015. Prix: 5 €

Le progrès entre croyance et fait de science. Séminaire transversal de l’École Doctorale de l’EPHE

(voir ci-contre et sous la rubrique “Publications”)

POUR COMMANDER:
Ecrire à: tableronde2@yahoo.fr
ou adresser votre message à l’adresse “contact”

Titres disponibles

Publications de l’Association

LISTE DES ANCIENS TITRES DISPONIBLES*

* selon les stocks restants

POUR COMMANDER:
Ecrire à: tableronde2@yahoo.fr
ou adresser votre message à l’adresse “contact”

Revue de la Société des Élèves, Anciens Élèves et Amis de la Section des Sciences Religieuses

N° 1 – 1988

Jean-Louis BRUNAUX, Sanctuaires et pratiques cultuelles dans la Gaule indépendante

Paul LEVY, Le Bouddhisme à travers son rituel

Giovanni COLONNA, L’écriture dans l’Italie centrale à l’époque archaïque

N° 2 – 1989 (indisponible)

P.G. SANSONETTI, L’or du Graal et le thème du centre suprême dans les récits arthuriens

Hatice GONNET, La fête hittite du printemps

André CAQUOT, Henri-Charles Puech et Paul Vignaux, Présidents de la Section des sciences religieuses

Alain LE BOULLUEC, Henri-Charles Puech, patrologue et écrivain

Pierre HADOT, Henri-Charles Puech, philosophe

Alain DE LIBERA, Paul Vignaux, enseignant et syndicaliste

Madeleine SINGER, Vignaux, le syndicaliste

N° 3 – 1990

Claude LEPAGE, L’ancien art chrétien d’Éthiopie (Xe-XVe siècle) : une nouvelle branche de l’art chrétien médiéval

Jean-Pierre LAURANT, Occultisme et prophétisme au XIXe siècle

Solange THIERRY, Quelques aspects contemporains du bouddhisme en Asie du Sud-Est

N° 4 – 1991

Guy MONNOT, Shahrastani, iranien du XIIe siècle, et l’histoire des religions

Jean-Robert ARMOGATHE, Sciences du monde et science des Écritures de Galilée à Newton

N° 5 – 1992

Antoine FAIVRE, Comment écrire l’histoire de l’ésotérisme occidental ?

Roberte HAMAYON, La quête de « Chance » ou le chamanisme, forme religieuse élémentaire

Jean-Claude GRENIER, L’Empereur et le pharaon, réalités romaines et traditions indigènes

N° 6 – 1993

Jacques LE BRUN, Le Christ imaginaire du XVIIe siècle

John SCHEID, Cultes, mythes et politique sous le Principat d’Auguste

N° 7 – 1994

Hartmut O. ROTERMUND, Bouddha, kami et ancêtres: religion japonaise entre tradition et modernité

Bernard FLUSIN, Deux bâtisseurs d’églises au Ve siècle : l’impératrice Eudocie et l’impératrice Pulchérie

N° 8 – 1995

E.M. LAPERROUSAZ, L’établissement Qoumrân et ses manuscrits de la Mer Morte (vers la fin du scandale et d’une controverse ?)

Philippe GIGNOUX, Identité et conversion dans la communauté zoroastrienne

 

Cahiers de Sciences Religieuses

N° 1 – 1997

Pierre LORY, L’union personnelle avec Dieu dans l’Islam

M.A. AMIR MOEZZI, Pour les shi’ites seuls les initiés seront sauvés

Philippe GIGNOUX, Le zoroastrisme peut-il accepter les convertis ?

N° 2 – 1999

Antoine FAIVRE, Comment écrire l’histoire des courants ésotériques occidentaux modernes

Hartmund O. ROTERMUND, La religion japonaise entre tradition et modernité

Jean-Robert ARMOGATHE, L’homme devant les Écritures et la nature (XVIe-XVIIIe siècle)

 

Bulletin de la SASR

N° 1 – 2000

L’athéisme

Gerdi GERSCHEIMER, L’athéisme dans l’Inde ancienne Louis CHATELIER, L’athéisme au XVIIe siècle

Pierre LORY, Islam : l’athéisme est-il pensable ?

Philippe HOFFMANN, Y a-t-il un athéisme dans l’antiquité grecque ?

N° 2 – 2001

La Loi

Hocine BENKHEIRA, Analogie et allaitement dans la pensée juridique musulmane

Véronique GILLET-DIDIER, La question de la loi dans le judaïsme au tournant de notre ère

Pierre LEGENDRE, La loi dans la tradition romano-chrétienne

La vie après la mort

Giordana CHARUTY, De la coutume chrétienne à l’expérimentation scientifique

Jean-Daniel DUBOIS, Le manichéisme et le voyage dans l’au-delà

Cristina SCHERRER-SCHAUB, la vie après la mort dans le bouddhisme

N° 3 – 2002

Religion et naissance de l’individu


Olivier BOULNOIS, Compte rendu de l’Éloge de l’individu, de Tzvetan Todorov

Pouvoir politique et pouvoir religieux à Rome et en Afrique Noire

John SCHEID, Royauté, pouvoir et religion : aux origines du ritualisme romain

Alfred ADLER, Le pouvoir et l’interdit. Royauté et religion en Afrique Noire

N° 4 – 2003

Le deuil et ses ritualisations

Stella GEORGOUDI, La question du deuil et de ses ritualisations

Bernard ROUSSEL, Funérailles des réformés dans le royaume de France

Grégory DELAPLACE, Sur la pratique de l’inhumation en Mongolie

Humour et religion

Alfred ADLER, Humour et religion dans les sociétés africaines Pierre LORY, Humour et religion musulmane

N° 5 – 2004

Vie sexuelle et religion

Martine VAN WOERKENS, Tarabai Shinde, comparaison entre femmes et hommes

Nicole BELAYCHE, Vie sexuelle et religions dans l’Empire romain 46

Autour du foetus : traitements et représentations

Hocine BENKHEIRA, Notes sur l’enfant, le lait et la semence dans la loi islamique

Laurent MAYALI, Le statut juridique du fœtus en droit américain Fernand MEYER, Entre mort et nouvelle naissance

N° 6 – 2005

Guerre et religion

Pierre ELLINGER, Les dieux du polythéisme et la guerre en Grèce ancienne

Hélène PUISEUX, Les suites du 11 septembre

Zakari SEDDIKI, Le martyr en Islam

N° 7 – 2006

Qu’est-ce que les sciences religieuses aujourd’hui ?

Olivier BOULNOIS, Sciences religieuses et philosophie médiévale

Renée KOCH PIETTRE, Les sciences des religions aujourd’hui

La question du monothéisme

Christiane ZIVIE-COCHE, L’Égypte et la question du monothéisme

Arnaud SERANDOUR, La question du monothéisme dans le judaïsme antique

N° 8 – 2007

Jésus : histoire et représentations

Simon C. MIMOUNI, Jésus de Nazareth : approche d’un personnage prophétique et messianique

L’Antéchrist dans les traditions chrétienne et musulmane

Sébastien FATH, L’Antéchrist aux États-Unis de 1970 à 2007

N° 9 – 2008

L’islam en Asie

Élisabeth ALLES, L’islam en Chine : une expérience d’islam minoritaire

Andrée FEILLARD, Indonésie : nouvelles perspectives sur l’islamisation

Comptes-rendus

N° 10 – 2009-2011 (derniers exemplaires!)

Le regard éloigné. Hommage à Claude Lévi-Strauss

Pierre Ginésy, Le musaïque

Discours, rite, cérémonial. Formation et fixation des traditions dans les littératures orales et écrites. “Grand séminaire”, jeudi 9 juin 2011

Darya PEVEAR, Pourquoi et comment traduit-on en Mésopotamie? L’exemple des textes bilingues du 1er millénaire av. C.

Margaret JAQUES, Transmission, conservation et réemploi. L’exemple des prières au dieu personnel

Ilaria CALINI, L’écriture de la chronologie: fixation d’une tradition dans la culture cunéiforme

Marco MALASPINA, O Fortuna rota tu volubilis. La représentation de Fortuna chez Ovide

Comptes-rendus

Hors-série – 2012 (derniers exemplaires!)

couv_sasr_2012

Les laboratoires de la Section des Sciences religieuses au bâtiment « Le France ». Témoignages recueillis par Renée Koch Piettre

Le Centre Gabriel Millet

Le Centre Wladimir Golenischeff

Le Centre d’études mongoles et sibériennes

Le Laboratoire audiovisuel

Les sciences des religions en Europe État des lieux, 2003 – 2016

Vient de paraître :

sesse 
Hors série n° 2, 2016,  Les sciences des religions en Europe
État des lieux, 2003 – 2016
, Jean-Daniel Dubois, Lucie Kaennel, Renée Koch Piettre, Valentine Zuber éds.
358 pp., prix public (non adhérents) 25 €

ISSN  : 2 4 2 6 – – 1 9 3 9
ISBN: 978-2-9555198-1-3

Liminaire et table des matières: SESSE_Dossier_de_presse

POUR COMMANDER:
Ecrire à: tableronde2@yahoo.fr
ou adresser votre message à l’adresse “contact”

5 TEXTES EXTRAITS DU BULLETIN 2015 : 1. Le progrès. Lecture vernantienne de l’histoire de la polis

Extrait de la communication de Pierre Julien, doctorant à l’EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Admettons qu’il soit possible de traiter du progrès hors le champ du positivisme. Dès lors, entendons le terme de progrès
en ne comprenant plus les acceptions qu’il a pu comporter, et
comme, désormais, une simple succession d’époques consécutives, sans que cette succession soit synonyme d’une amélioration quelconque – amélioration dont le critère serait laissé au jugement des contemporains. De la sorte, et il faut laisser de côté le positivisme latent, il s’agit de refuser d’emblée que toute antériorité chronologique soit considérée comme nécessairement solidaire d’une infériorité logique ou morale. Continuer la lecture

2. Définir l’eschatologie philosophique pour dépasser la notion de progrès : l’apport de la philosophie kantienne

Extrait de la communication d’Alice de Rochechouart, doctorante à l’EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Dépasser la notion de progrès

Parler de « progrès » en philosophie n’est pas neutre. Ce
concept est en effet fortement décrié, constituant une notion à
la fois trop large, et trop restrictive.
Trop large, tout d’abord, parce qu’il apparaît presque
impossible de donner une définition précise du progrès qui
permettrait d’en englober toutes les utilisations : s’agit-il d’une
idéologie, ou d’une narration utopique ? Est-il un mouvement
inéluctable et irréversible de l’histoire, ou un mouvement
tendanciel ? Sa finalité est-elle le bonheur, la moralité, ou encore
la connaissance ? Enfin, est-il mis en marche par l’homme, ou
est-il le fruit de l’intervention d’une force ex nihilo ? Continuer la lecture

3. En quoi le Burning Man, festival contemporain dit transformationnel, peut-il être porteur d’un progrès ?

Extrait de la communication de Flore Muguet, doctorante EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Le Burning Man est un événement contemporain qui rassemble 60000 personnes durant une semaine dans le désert du Nevada
aux États-Unis où une cité éphémère, Black Rock City, est construite. Il est qualifiable d’événement, au sens vulgaire d’une manifestation circonscrite dans l’espace et dans le temps. Le Burning Man, dont les organisateurs n’ont pas la fonction de maîtres, se veut co-créé par la participation individuelle des festivaliers autour de 10 principes qui font loi : Continuer la lecture