3. En quoi le Burning Man, festival contemporain dit transformationnel, peut-il être porteur d’un progrès ?

Extrait de la communication de Flore Muguet, doctorante EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Le Burning Man est un événement contemporain qui rassemble 60000 personnes durant une semaine dans le désert du Nevada
aux États-Unis où une cité éphémère, Black Rock City, est construite. Il est qualifiable d’événement, au sens vulgaire d’une manifestation circonscrite dans l’espace et dans le temps. Le Burning Man, dont les organisateurs n’ont pas la fonction de maîtres, se veut co-créé par la participation individuelle des festivaliers autour de 10 principes qui font loi :

1/ Radical Inclusion : la pleine possibilité pour tous de faire partie de l’événement, 2/ Gifting : l’échange et le don désintéressé, 3/ Decommodification : la démarchandisation – on interdit toutes transactions d’argent à part l’achat dans des lieux définis de cafés et de glaçons, 4/ Radical Self-reliance : l’auto-suffisance, 5/ Radical Self-expression : l’expression radicale de soi créative, 6/ Communal Effort : le travail d’équipe autour de projets créatifs, 7/ Civic Responsibility : la responsabilité en tant que certes citoyen de Black Rock City, mais aussi en tant que citoyen des États-Unis ou du moins soumis aux lois de l’État du Nevada et des États-Unis, 8/ Leaving No Trace : l’effacement de toutes traces de son passage, 9/ Participation : la co-production de l’événement par tous, 10/ Immediacy : l’expérience immédiate du moment présent. L’institution de ces 10 principes permet d’envisager une diversité des possibles.

Pour lire la suite, consultez le bulletin de la SASR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.