2. Définir l’eschatologie philosophique pour dépasser la notion de progrès : l’apport de la philosophie kantienne

Extrait de la communication d’Alice de Rochechouart, doctorante à l’EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Dépasser la notion de progrès

Parler de « progrès » en philosophie n’est pas neutre. Ce
concept est en effet fortement décrié, constituant une notion à
la fois trop large, et trop restrictive.
Trop large, tout d’abord, parce qu’il apparaît presque
impossible de donner une définition précise du progrès qui
permettrait d’en englober toutes les utilisations : s’agit-il d’une
idéologie, ou d’une narration utopique ? Est-il un mouvement
inéluctable et irréversible de l’histoire, ou un mouvement
tendanciel ? Sa finalité est-elle le bonheur, la moralité, ou encore
la connaissance ? Enfin, est-il mis en marche par l’homme, ou
est-il le fruit de l’intervention d’une force ex nihilo ?

Il faut encore préciser qu’il ne s’agit pas ici d’alternatives exclusives, mais qu’on pourrait imaginer des réponses se situant, pour
chacune de ces questions, entre les deux pôles qui en formeraient les acceptions extrêmes. C’est-à-dire, on le voit, que le mot de progrès recouvre une kyrielle de problématiques et de conceptions, à tel point qu’il semble presque impossible de parler de « progrès » en général, à moins d’en donner une définition très large : une conception particulière du sens de l’histoire, compris comme mouvement du moins bien vers le
mieux.
Le progrès peut en outre apparaître comme une notion trop
restrictive, puisqu’elle a été utilisée dans un contexte historique
précis – les Lumières et le XIXe siècle – et a souvent été
caricaturée, par exemple comme étant la « proto-religion
séculière de la modernité ».

Pour lire la suite, consultez le bulletin de la SASR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.