Entre images et graphies. Les représentations amérindiennes de l’écriture.

Table ronde, 17 novembre 2018 à 14 h

EPHE, Sorbonne, Esc. E, 1er étage, salle D 054

Autour de l’ouvrage de Pierre Deléage, Lettres mortes. Essai d’anthropologie inversée, Paris, Fayard, 2018

Avec la participation de Pierre Deléage, Chargé de recherches au CNRS; Charles Stépanoff, Maître de Conférences à l’EPHE; Maurizio Gnerre, Professeur à l’Université L’Orientale, Naples.

Enquête à la fois historique et ethnographique, Lettres mortes prend pour point de départ les malentendus parfois violents autour de l’écriture dont l’Amazonie a été le lieu depuis la conquête jusqu’à aujourd’hui. Comment les Amérindiens ont-ils perçu l’alphabet occidental ? Que sait-on de leurs propres écritures ? Quels rôles leur ont-ils fait jouer au sein de leurs dispositifs politiques ou religieux ?

Les colonisateurs, et les anthropologues après eux, ont longtemps considéré les sociétés amérindiennes comme dépourvues d’écriture, alors qu’elles employaient des techniques subtiles d’inscription graphique, le plus souvent dérobées aux yeux des observateurs extérieurs. La fameuse « Leçon d’écriture » de Claude Lévi-Strauss dans Tristes tropiques est le témoin magistral de ces malentendus. Cette scène mythique, discutée en son temps par Jacques Derrida, est ici disséquée et repensée.

En étudiant les conceptions amérindiennes de l’écriture, fragmentées et disséminées dans les arts graphiques, les mythes, les discours des chefs et les rituels des chamanes et des messies, il s’agit d’établir les coordonnées d’une anthropologie inversée, par laquelle ce sont cette fois les colons et leur culture qui sont pris comme objets de pensée. Ce faisant, Pierre Déléage met au jour les conditions épistémologiques et politiques de toute enquête anthropologique, tout en laissant sourdre dans la composition même du livre la violence, symbolique et réelle, qui a donné dans les sociétés amérindiennes forme et valeur à la notion d’écriture.

Pierre Déléage est anthropologue, chercheur au Laboratoire d’anthropologie sociale. Il est notamment l’auteur d’Inventer l’écriture (Les Belles Lettres, 2013), de Repartir de zéro (Éditions Mix, 2016) et de La folie arctique, paru en 2017  aux éditions Zones sensibles. Il a  successivement étudié la transmission des savoirs oraux, l’invention de l’écriture et les processus d’objectivation scientifique. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.