“Dans le regard de l’autre”: Table ronde du 15 juin 2021, 14h-17h

Table ronde

 Ces dernières années ont vu ressurgir d’anciens débats mettant en cause le regard qui prend l’Autre pour objet. Ces débats alimentent une réflexion critique sur le  concept d’universalité et d’altérité, soulevant un paradoxe : peut-on définir la place de l’Autre sans avoir préalablement adopté son regard sur le monde ? Quelle est la juste distance qui permet à la connaissance de se construire dans le même temps qu’une prise de conscience de la relativité des catégories par lesquelles elle s’énonce ? Le multiculturalisme affiche la conviction d’être parvenu à résoudre cette question. En atteste l’omniprésence du mot diversité, déclamé et glorifié tous azimuts dans la littérature scientifique comme dans la presse. Bien que l’usage de ce concept implique une reconnaissance de la part de l’Autre dans la diversité des regards portés sur le monde, il effectue aussi la synthèse d’une différence maîtrisable, distinguant une forme acceptable de l’altérité en marge de laquelle s’érige une forme irréductible et intolérable de l’Autre : celui que l’on ne peut ni ne souhaite intégrer. Comment peut-on aborder le seuil de cette altérité irréductible ? Les études menées sur les religions et systèmes de pensée offrent un terrain d’enquête fécond sur les enjeux historiques et anthropologiques de ces débats. Les contributeurs de cette table ronde s’attacheront à dévoiler les conditions historiques d’élaboration du savoir de l’Autre ainsi que ses présupposés philosophiques et sociologiques, révélant le décentrement situé à l’origine et à l’horizon de la connaissance humaine.

 

 

PROGRAMME

Renée Koch-Piettre (EPHE, ANHIMA)  « Le persistant malentendu sur les dieux de la Grèce : de la familiarité — ‘nos’ Grecs – aux formes de l’altérité ». 

 Oscar Calavia (EPHE, GSRL) « La fable de l’altérité constituante » 

Hocine Benkheira (EPHE, GSRL)  « La querelle de l’islamologie en France (1968-2020) ». 

Benjamin Soares (University of Florida) : « Ogotomelli s’en va en France, en Grande-Bretagne et en Amérique : l’ethnologie coloniale française et l’anthropologie anglo-américaine » 

 Roberto Beneduce (Université de Turin) : « Pourquoi se métamorphoser ? Les raisons d’une expérience, face à un Autre toujours historique »

 

Discussion

 

Francesca Prescendi (EPHE, ANHIMA), Christophe Grellard (EPHE, LEM), Vincent Goossaert (EPHE, GSRL), Agnes Kedzierska-Manzon (EPHE, IMAF), Andrea-Luz Gutierrez-Choquevilca (EPHE, LAS).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.