5. L’image des gorgones (Cnidaires Octocoralliaires) bousculée par les progrès idéologique, scientifique et technique

Extrait de la communication de Véronique Philippot, doctorante EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

À l’énoncé du mot gorgone, l’image fantastique de la tête de la Méduse s’impose aux férus de sciences humaines. Cette image
vivace, visqueuse et reptilienne traverse les âges et envoûte
l’artiste qui n’a de cesse d’immortaliser l’image transcendante
(Le Caravage 1597-1598, Ricci 1705-1710, Marqueste 1890,
Claudel 1902…). Mais pour le naturaliste, les gorgones sont
devenues l’ordre des Gorgonacea (aujourd’hui Alcyonacea), un
groupe zoologique proche des coraux Madrépores.

La question du progrès à connotation anthropocentrique et
dont le berceau est le siècle des Lumières se pose a priori en
marge de l’affaire de la Gorgone ou des gorgones. Mais le
progrès a aussi son mythe grec personnifié par le Titan
Prométhée qui donne le feu sacré de l’Olympe à la race humaine.
De quelle façon la zoologie, même enracinée au mythe, peutelle
être attachée à l’idée de progrès ? Le sujet est aussi
mouvant, fluide et trompeur que l’est la surface ridée et
capricieuse de la mer. Mais telle la kyrielle de miroirs cosmiques
et éphémères que chaque respiration de l’océan génère, l’idée
vaste et plurielle du progrès, qu’une simple définition ne saurait
englober, reflète une mosaïque de postures. Le progrès est
comme la surface scintillante de la mer et comme la tête
fantastique de la Gorgone, une vague idée impossible et
dangereuse à regarder bien en face, au risque d’être aveuglé ou
pétrifié.

Pour lire la suite, consultez le bulletin de la SASR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.