Les sciences des religions en Europe État des lieux, 2003 – 2016

Vient de paraître :

sesse 
Hors série n° 2, 2016,  Les sciences des religions en Europe
État des lieux, 2003 – 2016
, Jean-Daniel Dubois, Lucie Kaennel, Renée Koch Piettre, Valentine Zuber éds.
358 pp., prix public (non adhérents) 25 €

ISSN  : 2 4 2 6 – – 1 9 3 9
ISBN: 978-2-9555198-1-3

Liminaire et table des matières: sesse_dossier_de_presse3

POUR COMMANDER:
Ecrire à: tableronde2@yahoo.fr
ou adresser votre message à l’adresse “contact”

5 TEXTES EXTRAITS DU BULLETIN 2015 : 1. Le progrès. Lecture vernantienne de l’histoire de la polis

Extrait de la communication de Pierre Julien, doctorant à l’EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Admettons qu’il soit possible de traiter du progrès hors le champ du positivisme. Dès lors, entendons le terme de progrès
en ne comprenant plus les acceptions qu’il a pu comporter, et
comme, désormais, une simple succession d’époques consécutives, sans que cette succession soit synonyme d’une amélioration quelconque – amélioration dont le critère serait laissé au jugement des contemporains. De la sorte, et il faut laisser de côté le positivisme latent, il s’agit de refuser d’emblée que toute antériorité chronologique soit considérée comme nécessairement solidaire d’une infériorité logique ou morale. Continuer la lecture

2. Définir l’eschatologie philosophique pour dépasser la notion de progrès : l’apport de la philosophie kantienne

Extrait de la communication d’Alice de Rochechouart, doctorante à l’EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Dépasser la notion de progrès

Parler de « progrès » en philosophie n’est pas neutre. Ce
concept est en effet fortement décrié, constituant une notion à
la fois trop large, et trop restrictive.
Trop large, tout d’abord, parce qu’il apparaît presque
impossible de donner une définition précise du progrès qui
permettrait d’en englober toutes les utilisations : s’agit-il d’une
idéologie, ou d’une narration utopique ? Est-il un mouvement
inéluctable et irréversible de l’histoire, ou un mouvement
tendanciel ? Sa finalité est-elle le bonheur, la moralité, ou encore
la connaissance ? Enfin, est-il mis en marche par l’homme, ou
est-il le fruit de l’intervention d’une force ex nihilo ? Continuer la lecture

3. En quoi le Burning Man, festival contemporain dit transformationnel, peut-il être porteur d’un progrès ?

Extrait de la communication de Flore Muguet, doctorante EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

Le Burning Man est un événement contemporain qui rassemble 60000 personnes durant une semaine dans le désert du Nevada
aux États-Unis où une cité éphémère, Black Rock City, est construite. Il est qualifiable d’événement, au sens vulgaire d’une manifestation circonscrite dans l’espace et dans le temps. Le Burning Man, dont les organisateurs n’ont pas la fonction de maîtres, se veut co-créé par la participation individuelle des festivaliers autour de 10 principes qui font loi : Continuer la lecture

4. La question de l’abolition de l’esclavage dans le monde musulman : le cas ottoman

Extrait de la communication de Hayri Gökşin Özkoray, doctorant EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

La notion de progrès considérée au point de vue d’une
philosophie de l’histoire implique l’existence des stades qui
construisent et déterminent un sens de l’histoire (il faut
souligner la signification du mot « sens » à la fois comme
direction et raison d’être). Dans l’idéologie du progrès, le
progressisme, il y a la présupposition d’un phénomène naturel
qui est le moteur des avancées de la connaissance scientifique et
du devenir de l’homme en général. Même s’il ne sera pas
question ici de s’élever au niveau des ambitions et de la
grandiloquence de Hegel, s’interroger sur la notion de progrès
en histoire nécessite d’adopter une position philosophique
ayant trait à l’histoire globale. Continuer la lecture

5. L’image des gorgones (Cnidaires Octocoralliaires) bousculée par les progrès idéologique, scientifique et technique

Extrait de la communication de Véronique Philippot, doctorante EPHE (publié dans le Bulletin de la SASR, 11, 2015) :

À l’énoncé du mot gorgone, l’image fantastique de la tête de la Méduse s’impose aux férus de sciences humaines. Cette image
vivace, visqueuse et reptilienne traverse les âges et envoûte
l’artiste qui n’a de cesse d’immortaliser l’image transcendante
(Le Caravage 1597-1598, Ricci 1705-1710, Marqueste 1890,
Claudel 1902…). Mais pour le naturaliste, les gorgones sont
devenues l’ordre des Gorgonacea (aujourd’hui Alcyonacea), un
groupe zoologique proche des coraux Madrépores.

Continuer la lecture

Société des amis des sciences religieuses

Ce carnet est proposé par la « Société des amis des sciences religieuses » (SASR), qui réunit depuis trois décennies, sous plusieurs dénominations successives, des élèves et anciens élèves, auditeurs, amis et enseignants de la Section des sciences religieuses de l’Ecole pratique des hautes études.
Avec ce nouvel espace de discussion, l’association entend poursuivre sa contribution à la réflexion en sciences des religions et diffuser aussi bien les communications accueillies par son Bureau que les comptes-rendus de ses tables rondes annuelles.